• Conscience pro ou pas

    J'ai cet avantage qu'avec un peu de cinéma, je pourrais gagner facilement quelques semaines d'arrêt de travail pour ma grossesse... j'ai toujours eu une certaine déontologie par rapport aux arrêts de travail, mais cette année un peu particulière pourrait me faire changer d'avis...

    Je tiens parce qu'il y a des projets à finir avec les mômes, que je me sens assez en forme pour bosser, et qu'après tout, il reste environ 6 bonnes semaines de fin d'année, ce qui en collège signifie deux jours de fermeture aux élèves pour le brevet des collèges où nous sommes de surveillance, des convocations pour être de surveillance, correction et jury d'examen du CFG, ce qui est prioritaire par rapport à toute autre tâche donc d'être devant élève, que nos loulous de Segpa partent deux jours en voyage scolaire et pédagogique (j'aurais les non-partants en classe, mais c'est quand même plus cool...), qu'il y a malgré tout quand même deux jours sans classe (un férié, et un déjà travaillé), etc.

    mais rien que pour mon nouveau directeur, pffff... je me prendrais bien un mois pour récupérer...

    et pour soulager mon homme à qui tous les soirs je commence mon récapitulatif de la journée par un "tu connais la dernière de mon chef ?"... heureusement que l'homme de la maison a des horaires très particuliers. Il évite parfois la litanie exaspérées... mais a le droit au double quelques jours plus tard.

    Le nouveau chef de cette année est comme en élémentaire et maternelle un collègue avec tâche administrative, mais également charge d'organisation pédagogique... pas un vrai chef, donc, au sens hiérarchique. Heureusement...

    il fait bourde sur bourde, se met plein de monde à dos, essaie de rattraper le coup tout le temps en étant charmant, ce à quoi je préfèrerais qu'il soit efficaceet à tout le moins professionnel

    Il mélange privé et professionnel, est dépressif (enfin soigné, mais sous médocs qui l'assomment ou le rendent extrêmement nerveux lors des moments de manque, etc.)...

    j'ai vécu avec un ex-mari encore trop adolescent, puis partagé la vie d'un bipolaire quelques années... pas envie de connaître les mêmes conn... au boulot. Surtout quand la grossesse a eu son lot de moments inquiétants et stressants, et qu'il a fallu depuis septembre soutenir les collègues qui étaient perdus face à ce nouveau chef (l'ancien était un peu directif, un peu grosse tête, mais efficace, pro, et aux petits soins pour eux), ce qui m'inquiétait moins qu'eux, j'en ai connus 5 ou 6 autres avant lui, et peu étaient au point dans ce boulot (trop éduc', assistante sociale, brouillons, etc. etc.) mais à force...

    et puis lorsque ça vient à perturber le fonctionnement de l'équipe, de mon propre taf, ou de magestion de classe, c'est minant.

    D'autant plus quand bien sûr la fatigue et les hormones font que ça énerve très forts... bref.

    Rien que pour ne plus le voir quelques semaines, et le laisser se dpatouiller avec ses conneries, je tenterais bien l'arrêt...

    mais je me connais. Trop consciencieuse pour ça. Me resterait en plus à culpabiliser des semaines d'avoir laissé tomber tout le monde...

    Stresser de culpabiliser ou stresser d'y aller ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Mai 2011 à 22:45

    Pffff ! Que dire !!!!!!????  Je fais partie comme toi des "je culpabilise si je m'arrête/y'a toujours un truc urgent à faire/finir" !

    Mais, comme me disent certaines personnes, y'aura jamais personne pour te remercier d'avoir fait passer ta vie privée en second !!!

    Alors, vu les circonstances, tu pourrais peut-être penser un peu à toi pour une fois et couver ton petit tranquillement (qui sera peut-être le dernier soit dit en passant !!!) et en profiter à fond pour ne pas regretter après !!!

    Mais si tu pousses le boulot lusqu'au bout....et ben ......je te comprendrai

     

    2
    sagebooker Profil de sagebooker
    Lundi 23 Mai 2011 à 07:12

    le dernier ? Ah oui forcément ;-)

    C'est mon euxième soit, mais le papa m'a donné sa date de péremption et on s'en approche dangereusement, hihi

    3
    MALILUNO Profil de MALILUNO
    Samedi 28 Mai 2011 à 16:17

    Je comprends aussi; mais apres avoir beaucoup culpabilisé au debut de mon arret j'ai relativisé et je me dis que c'est bien la derniere fois que je le ferai. alors si tu as besoin d'un break je pense que c'est largement légitime alors ne culpabilise pas.


    Et tu sais quoi je culpabilise aussi de laisser mes collegues pour 1an encore parce que je compte finalement pousser vers un petit congé mater de 6-9mois histoire de ne reprendre qu'en septembre 2012...alors comme quoi on culpabilise toujours mais ca je pense que c'est la conscience professionnelle et aussi l'amour de notre métier. Alors oui la Terre (et le college) ne s'arretera pas de tourner sans toi, oui apres tout tu peux encore tenir un peu (finalement l'année est presque finie...) mais n'oublie pas que tu as eu ta dose de stress, d'angoisse, de fatigue et que forcement tu le payeras à un moment donné: genre en juillet alors que tu devrais profiter de vos derniers moments à 3 à la maison et bien tu accuseras le coup de la fatigue et là ce sera dodo et peut etre un peu sur les nerfs car tu seras trop fatiguée. alors menage toi! tu tiens tant mieux, tu sens que tu laches prise n'hesite pas va voir ton doc et fais un break: ils se debrouilleront toujours!


    courage!!

    4
    Samedi 28 Mai 2011 à 18:19

    je culpabiliserais quand même ;-)

    mais tu as raison sur le fond !!

    L'autre souci, c'est que cela m'agacerait fortement de m'arrêter alors que c'est mon chef qui est dingo (j'exagère à peine) et que tout le reste de l'équipe qui n'est pas enceinte en est également conscient et stressé.. ça m'ennuierait aussi de les laisser face à ce zozo

    5
    Ermeline Profil de Ermeline
    Samedi 28 Mai 2011 à 22:13

    Quelle que soit ta décision, ce sera celle qui te conviendra le mieux (que ce soit à la maison ou avec tes collègues) et ça c'est important... et vivement que le petit bout de chou soit là pour que tu puisses en profiter pleinement!

    6
    Mardi 31 Mai 2011 à 20:23

    La grossesse est bien l'un des rares moments où l'on peut s'arrêter pour penser à soi et aux siens (On est  bien nobreux à venir à l'école avec la tête dans une machine à laver, le nez archi bouché, bourré d'immodium...) car on ne veut pas rater une journée, surtout quand il y a pénurie de remplaçants et qu'on sait que si on s'absente c'est la cata pour tout le monde!

    Pour les 2 grandes, juste le congé patho en plus pour la seconde (grosse fatigue), rien pour la grande (bon, le congé mater était le 3 septembre, hum!).

    Par contre pour bébé 3 je me suis arrêtée tôt pour rester au chevet de l'ainée. Durant ces longs mois de galère j'ai réalisé combien j'avais laissé la classe prendre le pas sur ma famille...

    Les choses sont de nouveau rentrées dans l'ordre (enfin non, mais bon, on gère mieux) et je vois que je recomence à bosser comme une dingue. Je me freine quand je réalise que les minis grandissent vite et je ne veux pas que ce soit sans moi.

    C'est vrai, on culpabilise un peu mais le temps que tu passes avec ton /tes ainées te ramène à une autre réalité: eux aussi ont besoin de toi, et pas de remplaçant quand t'es pas là!

     

    7
    sagebooker Profil de sagebooker
    Mardi 31 Mai 2011 à 20:37

    c'est sûr qu'étant donné le comportement terrible de ma louloute en ce moment, on est dans une phase où elle nous teste mais également un passage où elle sent les choses changer, sa mère être fatiguée tout le temps et peu dispo, etc.

    C'est bien le seul point qui me montre qu'il est important que j'y pense sérieusement. Je n'ai même pas eu le congé patho pour elle, mon médecin ne donne pas d'arrêt sauf cas grave, c'est aussi pour cela que je ne tente même pas le coup en ce moment. Je vais plutôt bien physiquement, à part la fatigue le soir, toutes les analyses sont bonnes, etc. et comme le congé officiel débute trois semaines après le début des vacances, je trouve aussi un peu limite d'en rajouter avant ... mais je sais que les vacances seule avec ma louloute vont être tout sauf un moment de repos.

    Il se trouve aussi que la nounou n'est pas dans notre village mais dans notre ville de boulot, donc si je m'arrête, soit je ne me repose pas pour cause de louloute dynamique avec moi, sauf je ne me repose pas, car il faudra faire les trajets quand même deux fois par jour, cela aussi me freine un peu !!

    Il reste quatre semaines, on verra bien, mais je voudrais tellement boucler au moins mes projets...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :